“Du nord au sud de l’Europe, à la fin de la Renaissance, surgirent d’étranges endroits: secrets ou visibles, dans des demeures royales comme chez des notables ou des apothicaires, tenant à la fois de l’antre du magicien et de l’officine, les cabinets de curiosités rassemblaient, dans un espace souvent compté, un incroyable capharnaüm couvrant murs et plafonds, débordant des tiroirs et des cassettes. (Extrait de “Cabinet de curiosités”, Patrick Mauriès, Gallimard, 2002).

CABINET CURIEUX (disques introuvables, films culte et retors et bientôt bouquins sulfureux…)

CONSULTATION SUR RENDEZ-VOUS A BIENNE : e-mail à alaingonzo@hotmail.com ou sms 077 401 45 74

 

Dans le cabinet des curieux du mois de mai… nous croisons:

– “ALICANTE” par DUNIA MIRALLES & MONOJOSEPH, CD audio, 2018, textes, musique, illustration (Torticolis)
“Une femme, en vacances dans la région d’Alicante, souffre de l’absence des deux hommes dont elle est
amoureuse”. Canevas de l’OVNI commis par l’écrivaine chaux-de-fonnière Dunia Miralles, accompagnée
musicalement pour l’occasion par Jérôme Ballmer (Jivaros Quartet, Sunday Ada). L’audio-CD – texte
livré sous format musical – a le vent en poupe (Eicher s’y est mis). Movida à Alicante à la
sauce Chaux-de-Fonds Chaux-de-Froid. Joli petit objet à ne pas mettre entre toutes les mains (sales).

– This is TROJAN SKA: pour fêter les 25 ans du fameux défricheur de “jamaican roots”, Trojan agence ici le meilleur
du ska old skool. Quelque cinquante titres répartis sur 2 CD du meilleur tonneau
de rhum agricole de Jamaïque (Desmond Dekker, The Maytals, Lee Scratch Perry, Skatalites, entre
autres). Un joyeux livret de 16 pages guide le curieux dans les méandres de Kingston. Tous les interprètes n’ont pas
connu des destins aussi florissants que les musiciens précités. On déniche par exempe Lord Tanamo et son “I’m in the Mood for Ska”, antienne digne d’un programme politique. Ou Bongo Man. Sans oublier les Cherry Pies. Vous voulez savoir d’où surgissent les toussotements du reggae… ruez-vous sur cette compil double CD (50 chansons).

– TOWNES VAN ZANDT: Icône absolue pour Sonic Youth, Tindersticks et tant d’autres groupes qui n’ont juré que par le nom de cet illustre inconnu, Townes Van Zandt. Ecorché vif, joueur impénitent, buveur à gorge déployée dont la mort il y a 21 ans aura désespéré les plus désespérés. Ceux pour qui la country music ne se résumait pas à Nashville ou même à Johnny Cash. Townes Van Zandt était un bluesman blanc, aussi étonnant que cela puisse paraître. Outre “Pancho and Lefty”, le Texan – en réalité mi-folk mi-country – aura accouché d’un nombre impressionnant de chansons à faire pleurer dans les chaumières. Le Cabinet Curieux vous invite à redécouvrir en format CD ou LP les incunables suivants: “Our Mother The Mountain”, “Delta Momma Blues”, “For the Sake of the Song”… Que du bon !

– BIPP “French synth-wave 1979-1985”: nous voilà dans la new wave des années 80 – queue de la planète punk – par l’entremise de cette guillerette compilation du label parisien Born Bad. Au générique: que de l’obscur, de l’éphémère. Vous avez aimé Jacno ou Bijou, cet objet devrait combler votre bonheur: bip bip froids et robotiques nimbés de notes aigrelettes au Casio, Korg et autre ARP Omni. Chiche que les noms des groupes ne diront rien à personne. Leur carrière dégage les effluves du pire et du meilleur. Relevons des perles dans ce défouloir synthétique où les sons “made in 80ies” ravivent des émois. “Contagion” de A Trois dans les WC (qu’Alain Maneval avait osé diffuser dans POGO, son émission sur Europe 1), Les Visiteurs du Soir (Orléans) “Je t’écris d’un pays”, Vitor Hublot “Aller simple” ou encore Casino Music. A l’heure où l’intelligence artificielle croit nous posséder, ce disque illustre le temps légèrement décalé où l’humain s’extasiait devant les prouesses de la technologie nouvelle.

– PIERRE VASSILIU: l’auteur de l’intemporel “Qui c’est celui-là” (“scie idiote et délicieuse de l’époque giscardienne”,
Libé) nous fait découvrir les faces plus inattendues de sa personnalité. Le label Born Bad – encore lui – lui consacre une anthologie titrée tout simplement “Face B” et dont la disponibilité est toute relative en Suisse, à l’exception du Cabinet Curieux. Prisonnier de son rôle d’amuseur public, Vassiliu s’est frotté aux contingences du music bizness, Barclay ne souhaitant publier que des chansons dites “rigolotes” du Roumain d’adoption. Pépites oubliées, singles cultissimes avec l’épatant “En vadrouille à Montpellier” sorti en catimini en 1974, sorte de longue complainte immorale étonnante d’intensité sexuelle. Rassurez-vous: pas de trace ici de “Qui c’est celui-là”…

– JUNIOR KIMBRAUGH: la note blues du mois est assurée par David “Junior” Kimbraugh, presqu’aussi inconnu aux profanes que Scott Dunbar chroniqué il y a un mois. Mais grâce à l’application du label Fat Possum (Oxford dans le Mississippi), nous voilà en phase de rattrapage. A écouter Kimbraugh, c’est à se demander parfois si Hendrix a vraiment existé ou s’il n’était qu’un clone habile de la déferlante du Sud. Le blues n’a jamais été autant d’actualité.

– ROCCO RISOTTO CORNER: les disques improbables de DJ Rocco Risotto, l’homme dont le grain de riz ne colle jamais, Oncle Binz aussi. Dans ce coin de paradis, retrouvez les LAMBRETTAS, HOLLY GOLIGHTLY, LOVE, IGGY & THE STOOGES, THE CYNICS, KING AUTOMATIC, et d’autres qui ne demandent qu’à être connus ou achetés (à jeter).

– ACE RECORDS (LONDON): information et même “breaking news”, le Cabinet Curieux a le plaisir de vous proposer dès le 11 mai toute une brochette de disques (CD) labellisés ACE RECORDS d’une rare qualité, en provenance de perfide Albion. Petit aperçu: Mötorhead – 40th anniversary edition of the first album / Wilson Pickett sings Bobby Womack / Gil Scott Heron – Small Talks at 125th And Lenox / Screamin’ Jay Hawkins – The Planet
Sessions / Rozetta Johnson / Big Mama Thornton / Stax / Seeds / First album of The Fugs /
Terry Callier / and more…

Dans le cabinet curieux d’avril on côtoie Scott Dunbar et son irradiant album de blues rural “From Lake Mary” enregistré en 1972 par ce natif de Deer Park, ville située entre le Mississippi et le lac Mary au sud de Natchez. Album corrosif. (En CD, straight from the Mississippi). (label: Fat Possum Records)

Goldberg, de Minneapolis. auteur de “Misty Flats” (1974), mine d’extatique désolation, sorte de Neil Young sous sédatif contemplant le désastre américain plus de 40 ans avant l’arrivée de Donald. Ce disque est d’une insidieuse beauté presque maladive (disque du mois, en CD) (label: Light in the Attic)

Betty Davis, vitupérante insoumise et conscience personnifiée de la différence qui fera chavirer Miles Davis à lui faire tomber la cravate. L’étincelle, quelques disques puis une retraite à l’abri du monde mais une voix qui percute encore le micro à chaque envolée. Eternelle Betty. Comme le groove qui ébranle ses morceaux. Réédition en vinyle et CD dans un état de conservation mieux qu’impeccable. (“They say I’m different”, “Is it Love or Desire”, “Betty Davis” …… (vinyle et cd, la traduction sur vinyle de ce brûlot qu’est “They say I’m different” est redoutable !).

Vestale: Berlin-Genève-Berne-La Chaux-de-Fonds. Une odyssée pour ce super groupe bric-brac inspiré autant par Brecht que par le romantisme allemand post-rock. Quasi kraut. Au générique Nico Pasche, Emmanuel Pinget, Stéphane Ballmer (ex-Jivaros Quartet) & friends A noter la rime riche: “j’ai chopé des chaude-pisse, t’as repris du pastis” in “Perséphone”). Fallait tout de même oser. Vivement recommandé un soir menaçant d’orages.

Julien & Yvan “Arschlochmusik für Arschloch People Vol.2” publié par Burning Sound, le label chaux-de-fonnier de tous les excès qui assume à lui seul le retour de la cassette sauvage dans la région. Le nouvel avatar des frères pétards sent bon le sable chaud et les cocotiers. Non pas du tout. Cela dégage une forte odeur de rage longtemps contenue mais rythmée. Indispensable K7 dont la production impeccable en plastique rouge vaudra la peine un jour de finir, elle, à la mer…. comme une bonne vieille bouteille en pet ou une top sensuelle paille de cocktails.

Olivensteins: “Fier de ne rien faire”. Un nom de groupe en hommage au fameux docteur Claude Olivenstein – coupe de cheveux dynamitée qui rappelons-le avait fait comprendre aux masses ignorantes que la toxicomanie n’est pas qu’une partie de plaisir. Ses travaux sur le LSD n’ont pas laissé tous les étudiants de la Sorbonne indifférents en 68. Les Olivensteins sont notamment l’auteur de cet indispensable hymne au j’men foutisme “Fier de ne rien faire”, chanson co-écrite par Dominique Laboubée des Dogs. Une magnifique occasion de replonger dans les années 80 où les cordes des guitares étaient vivement acérées. (En CD ou vinyl, from Paris, Ville-Lumière parfois éteinte).

Disque La Rayé: “Sécurité sociale”: au cours de l’année 66, un rythme nouveau s’est répandu sur les trottoirs de Spanish Harlem, le boogaloo. Dans les Antilles françaises, on se contorsionne alors les membres supérieurs et inférieurs sur ces sonorités latino-africo-urbaines. De Fort-de-France à Pointe-à-Pitre, les grands orchestres antillais se mettent au diapason. Le boogaloo débarque dans les îles à sucre. Merveilleuse et sirupeuse compilation commise par le label Born Bad avec en bonus un slogan qui n’a pas pris une ride: “Sécurité sociale”. (CD+vinyle).

And more in stock and coming soon…..

Pierre Vassiliu (Face B 1965-1981), The Family of Apostolic, Lee Hazlewood, Real Kids. Billy Childish, T-Model Ford, RL Burnside, Junior Kimbrough, Lee Moses, … many more (new, second hand, singles, lp, cd, k7, dvd…)  

Spit it out !